Témoignages

L’apprentissage présente de nombreux avantages. Tout d’abord, il adoucit la transition entre l’univers scolaire et le monde de l’entreprise. Ces allers-retours entre l’étude et le travail professionnel sont d’ailleurs une richesse puisqu’ils permettent de comprendre comment articuler la théorie et la pratique. Ensuite, ne pas avoir à payer de frais de scolarité et recevoir un salaire aident à devenir autonome financièrement. Enfin, je savais que j’allais acquérir un an d’expérience professionnelle qui m’aiderait à trouver un emploi plus facilement par la suite.

J’ai apprécié de pouvoir me plonger trois semaines dans une entreprise donnée avec ses enjeux et son rythme, puis de retrouver pendant une semaine la liberté et la stimulation intellectuelle qui caractérisent la vie étudiante, et de répéter cette alternance toute une année. En revanche, cette année m’a demandé plus d’énergie que mes autres années d’études. La charge de travail devenait parfois très importante.

Depuis, j’ai rejoint un cabinet de conseil en innovation managériale et j’envisage à long terme de reprendre un poste en entreprise, dans la gestion des ressources humaines.

 

Même si j’étais bonne en classe j’avais très envie de vraiment travailler et de m’insérer dans la vie professionnelle. Après une prépa, un an de fac et deux ans d’école, je ne me voyais pas rester assise dans un amphithéâtre un an de plus, surtout si je devais en plus consacrer mes soirées et mes weekends à écrire un mémoire.
L’apprentissage présente de nombreux avantages : se professionnaliser dans la douceur, être responsabilisé au fur et à mesure, terminer ses études en abordant une transition vers un milieu professionnel. Il évite le désenchantement brutal de la fin de la vie étudiante et pour les étudiants issus d’un milieu modeste, avec des frères et sœurs derrière, avoir un revenu est un avantage certes trivial mais non négligeable.
En revanche, le rythme est très très lourd. Au CELSA, nous aviens énormément de projets de groupe, de nombreux projets à mener toute l’année, ainsi que des partiels, et un mémoire à rendre. C’est très difficile de tout mener de front et c’est l’année la plus éprouvante pour moi, même plus que les années de prépa.
J’ai été embauchée en CDI à l’issue de mon apprentissage dans la même société. Je compte continuer la production cinématographique pour devenir directrice de production, productrice et pourquoi pas réaliser mes propres projets.

 

J’ai d’abord connu l’apprentissage par le biais des réunions d’informations qui ont été organisées par mon école à ce sujet. Je connaissais le dispositif général de l’apprentissage mais ces réunions d’informations m’ont permis de savoir que ma formation était compatible avec ce dispositif. J’ai ensuite appris l’existence de contrats en apprentissage dans la fonction publique par le biais du site de la bourse interministérielle à l’emploi public : cela a été crucial pour moi car je souhaitais obtenir une première expérience professionnelle au sein de l’administration publique.
J’ai effectué mon apprentissage au sein d’une direction du ministère de la fonction publique, la DGAFP, qui a une vocation très interministérielle et inter-fonction publique (Êtat, territoriale, hospitalière). Cela a été l’occasion pour moi de rencontrer et d’échanger avec de nombreux acteurs du fonctionnement interne de l’administration et de comprendre quelle est la stratégie de la fonction publique afin de moderniser la gestion de ses effectifs. Mon expérience en administration m’a donc donné un regard concret sur la gestion de l’administration et permis de saisir des enjeux que l’on appréhende difficilement en cours.
Les tâches de conceptions et d’aide à la conception de notes ou de documents administratifs m’ont également permis de comprendre quels sont les enjeux du travail au sein d’une administration publique et de mieux envisager quelles étaient les qualités attendues pour un fonctionnaire.
Au sein de ma formation, l’avantage d’une expérience en apprentissage est de permettre à l’étudiant concerné de s’investir pour une durée conséquente au sein de l’administration et ainsi de montrer sa motivation à intégrer la fonction publique. Une connaissance concrète du fonctionnement de l’administration peut être un véritable atout au moment de passer un concours de la fonction publique.
Aujourd’hui mon projet est d’intégrer la fonction publique. C’est pourquoi je prépare les concours administratifs français et principalement ceux de la fonction publique d’État et ceux de la fonction publique territoriale.

FIADJOE William

William, 23 ans

Ancien apprenti en M2 Affaires Publiques de Sciences Po et en charge de l’appui au développement du Label diversité au sein de la Direction générale de l’administration et de la fonction publique du Ministère de la fonction publique.
 

Mon IUT proposait d’effectuer mon DUT en apprentissage, ce qui m’a déjà permis de savoir que ce format d’études existait. Suite à une année d’études en Irlande, j’ai eu une réelle volonté de donner une dimension plus professionnelle à mon parcours. Après avoir fait mes propres recherches, le format d’apprentissage me paraissait à la fois très attractif et de nombreux établissements et masters proposaient des formations sur ce format.

L’apprentissage était pour moi attractif car lors de mes trois années d’études précédentes, mes expériences professionnelles ne m’ont pas paru assez significatives pour à la fois :
- Choisir et développer un profil cohérent dans un secteur, un domaine clairement identifié ;
- M’assurer une bonne employabilité auprès des entreprises à la fin de mes études.
L’apprentissage est un format qui permet de continuer d’apprendre dans un cadre académique à un âge où notre bagage (notamment théorique) est toujours en construction, et ce format permet de donner une dimension professionnelle là où de nombreuses formations peinent à le faire.

En termes de difficulté, le rythme d’apprentissage a été un défi majeur. Tout d’abord lors de la phase de recherche d’une entreprise pour un apprentissage : généralement le calendrier d’apprentissage n’est pas un élément qui joue en faveur du candidat. Dans mon cas, j’ai même loupé une opportunité d’apprentissage seulement à cause de mon calendrier qui n’était pas compatible avec l’entreprise. Ensuite, une fois en entreprise, il est difficile d’alterner entre les sujets professionnels et les études la même semaine (j’avais un rythme 3 jours en entreprise 2 jours en cours). En milieu professionnel, il est attendu de nous une continuité sur les sujets que l’on suit et faire la coupure entreprise est parfois compliquée. Mais je ne pense pas qu’il y ait un calendrier idéal d’apprentissage : en réalité, celui-ci dépend de la spécialité de la formation : dans mon cas, pendant cette année en conseil il est préférable d’avoir des périodes longues entreprise puis école.

La charge de travail est un autre défi auquel il faut être préparé. Effectuer une formation en apprentissage signifie souvent avoir la même charge de travail que des étudiants qui effectuent la formation en initial, mais avec un temps dédié à l’école deux fois moins important. Faire ce choix c’est être conscient des efforts que cela implique et c’est pourquoi uniquement des étudiants motivés parviennent à obtenir leur diplôme tout en satisfaisant les exigences de leur employeur.

Les avantages sont tout d’abord très concrets : en apprentissage, la formation est payée par votre employeur, ce qui évite à de nombreux étudiants de faire un prêt pour financer leurs études. Ajouté à cela, un apprenti perçoit un salaire chaque mois (qui peut varier selon l’employeur) ainsi que des congés payés, ce qui permet à l’étudiant de s’émanciper et vivre plus confortablement.
Les apports sont aussi personnels et l’apprentissage permet de gagner en expérience professionnelle, mais également en maturité : le projet professionnel est pour la majorité des étudiants beaucoup plus clair après un apprentissage et l’employabilité après le diplôme est largement supérieure.

 

Suite à mon premier master, je n'ai pas pu trouver d'emploi durable en raison de mon manque d'expérience, malgré un stage significatif. J'ai donc opté pour une année en apprentissage afin d'entrer plus facilement dans la vie active.
L'alliance entre la théorie, en formation, et la pratique, en entreprise, est pour moi un réel atout pour préparer l'entrée dans la vie professionnelle. Au sein de mon entreprise, j'ai appris à être autonome dans l'analyse d'enquêtes et la communication de résultats et de recommandations. Cette expérience a aussi été l'occasion d'être force de proposition et de prendre confiance en moi au niveau professionnel.

La principale difficulté de l'apprentissage a été le rythme soutenu, avec une charge de travail très important pour la formation.

COVOLO chloé portrait

Chloé, 24 ans

Ancienne apprentie en M2 Consultants et Chargés d’Etudes Socio-Economiques à l'université de Paris 7 et Chargée d’études de satisfaction chez ENGIE lors de sa formation.